À saute frontières… (21)

Du 12 au 16 septembre 2019

Nous sommes attendus dans le sud-est de l’Autriche dans une semaine, mais nous passerons par la Slovaquie, l’Autriche, la Hongrie, puis l’Autriche encore et la Slovénie avant de repasser la frontière Autrichienne une septième fois !

Nous arrivons en Slovaquie le long du Danube et atteignons rapidement Bratislava après avoir campés dans un champ.

Nous tournons un peu dans le ville pour retrouver Adrien, le cousin d’Auréline qui est en transit pour la journée, sur son retour de Turquie. Les quelques quiproquos pour se retrouver nous permettent de faire un premier tour de Bratislava en vélo. La différence avec l’Autriche toute proche est assez nette, la ville semble en pleine métamorphose avec des quartiers de l’époque soviétique, un centre ancien touristique, et de nombreux immeubles neufs ou en construction. La circulation y est aussi nettement plus anarchique, ce qui nous demande d’être un peu plus aux aguets, au moins, il y a de la vie !

Centre ville touristique de Bratislava
Retrouvailles avec Adrien
L’ambiance sur les quais
Au revoir le Danube, cette fois-ci nous le quittons pour de bon !

Nous repartons avec les dernières lumières du jour, roulons une quinzaine de kilomètres dans la nuit avant de planter la tente au bord d’un petit lac.

Soleil du matin et découverte du lac pour le bain !

Le lendemain nous retrouvons un « no man’s land » frontalier avec de grandes étendues agricoles et d’immenses champs d’éoliennes. Nous passons la frontière sur un chemin de terre avant de retrouver un petit village autrichien.

Nuée d’éoliennes

La météo est enfin avec nous et nous pique-niquons au soleil au bord d’un grand lac entouré de gigantesques roselières.

Dans l’après-midi nous passons la frontière Hongroise et trouvons de petites routes de campagne au goudron gondolé. Nous dormons le soir dans un joli pré en bord de forêt, quand la nuit s’installe, de très sonores cris de cerfs nous surprennent, c’est la saison du brame !

Bienvenue en Magyarorszag (ou en Hongrie ;-))
Petite route hongroise, une bande de goudron défoncé au milieu et des abords bien larges pour permettre de croiser un véhicule.

Nous reprenons la route le lendemain en direction de la ville de Szombathely où un fort vent de dos nous donne des ailes. Notre vitesse de croisière sur le plat atteint 35 km/h… grisant !

Szombathely, petite ville paisible au centre ville fraichement rénové

Depuis quelques jours, le relief relativement plat nous permet de faire facilement entre 70 et 90 km par jour. La campagne est habitée et cultivée dans d’immenses parcelles avec, à cette saison, du soja et du maïs. Certains villages sont encore très peuplés avec des successions de petits pavillons aux jardins nourriciers, dans d’autres, une partie des maisons semble abandonnée.

Sortie d’un village un peu désert, en Hongrie.

Nous dormons une fois de plus en bordure de forêt et à la tombé de la nuit, un cerf brame à quelques centaines de mètres de la tente. Il n’est pas tout seul et des ombres se faufilent avec la lune qui se lève.

Nous repassons côté autrichien, puis quelques champs de maïs et un bivouac humide plus tard, nous traversons une rivière et nous retrouvons en Slovénie.

Passage de la frontière Slovène sur un petit bac
Le bac circule grâce à un câble qui traverse la rivière

Après quelques kilomètres plutôt plats, on se rend compte que les jolies collines qui nous entourent, vont faire chauffer nos mollets. Ici, les petites routes désservent des maisons disséminées, et le relief est presque oublié. Cela donne des montagnes russes où l’on passe sans arrêt les vitesses, de la plus petite à la plus grosse avec des côtes assez courtes mais harassantes. Les paysages alternent, de petits champs, prairies, ou bois, mais aussi des jardins qui profitent de la topographie pour produire en diversité et abondance. Une vraie respiration après tant de plaines agricoles !

En Slovénie

Nous repassons une dernière fois la frontière autrichienne et après une belle montée qui achève nos mollets, nous arrivons sur le lieu de notre prochaine étape. Depuis l’Allemagne, nous avons pédalé tous les jours (parfois juste un peu), en dormant tous les soirs dans un endroit différent alors le compteur s’est emballé et nous avons fait plus de 1200 km en 17 jours !

By Coco.

1 response to "À saute frontières… (21)"

  1. By: Adrien Posted: 22 décembre 2019

    La pédale et la plume, dans la ville et dans la nature, quel plaisir de lire les aventures de Tandemelilots alias Auré et Coco. Nous pensons à vous à la découverte du pays de Socrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quatre =