Dans nos valises, il y a …

Voici un article qui répond à une question qu’on nous pose souvent et sur laquelle on s’est nous aussi bien creusé la tête : Quand on part pour un an qu’est ce qu’on prend dans ses sacoches ?
En sachant qu’on doit tout porter ! ( et ça, ça change tout ! )

Et cela pourra aussi servir à tous ceux que l’envie de vadrouiller en vélo démange !

À notre départ en février, nous avons donc pesé toutes nos affaires pour avoir une petite idée du poids que l’on devrait traîner… surtout dans les côtes !
Au total nous arrivons à 35 kilos (poids des sacoches compris). Pas si mal pour 2 personnes même si, dans la pratique, on porte plutôt entre 35 et 45 kilos en fonction du niveau des réserves de nourriture et d’eau du moment.

Le chargement total : au total environ 170 kilos sur un vélo qui en pèse 25

Voici donc un petit zoom sur notre barda :

Avant gauche : le bricolage

À l’avant du vélo,  sous le siège,  nous avons deux sacoches de 15 litres.

La première c’est la « sacoche à outils » (15 litres)

Dans laquelle se trouvent :

– 2 chambres à air (20 pouces pour la roue avant et 26 pouces pour la roue arrière)
– pompe à vélo
– Une petite cordelette
– Un sac à eau de 5 litres (qu’on remplit juste le soir avant de s’arrêter bivouaquer)
– Un tendeur élastique de secours
– Une roue libre (car on a eu des soucis au début)
– Les lunettes de soleil
– De l’huile pour la chaîne
– Le xaphoon de Coco  (mini sorte de clarinette)
Mais aussi l’indispensable trousse à outils !

Une vieille trousse de toilette toute bête fait l’affaire

Avec à l’intérieur :

– 1 bout de chiffon
– 3 démontes pneus
– Un jeu de clés Torx
– Un jeu de clés Allen  (dans lequel on a retiré celles dont on a pas besoin sur le vélo)
– Un petit tournevis
– Une clé plate
– Un multi-outil à vélo avec démonte-chaîne
– Un jeu de plaquettes de frein de rechange
– Un kit rustine
– Un câble de frein
– Une pince multi- outils
– Un maillon rapide
– Une clé plate de 8
– Un peu de gros ruban adhésif « gris »
– Un arrache-manivelle
– Des petits colliers rilsan en plastique
– Une clé pour resserrer les rayons
– De la colle universelle

Avant droite : le tout propre !

La seconde sacoche avant dite « de toilette » (15 litres aussi)

Qui contient :

– Le carnet de voyage
– La trousse à crayon (ciseaux, stylo 4 couleurs, scotch, crayons de couleur, gomme, taille crayon, et un petit crochet avec du fil) 
– Une pochette à trucs qui dépannent  (des piles rechargeables, du fil et des aiguilles, de la ficelle, un briquet de secours)
– Quelques bouquins qu’on échange en cours de route  (où qu’on garde parce qu’on les aime trop ! )
– Une mooncup
– De la crème solaire
– Un tupperware avec souvent des fruits ou des légumes dedans (parce qu’il y a encore de la place et que cela permet de répartir un peu le poids des bagages)
Et deux petites trousses !

Pharmacie et trousse de toilette

Dans la trousse à pharmacie :
– 3 pastilles pour les maux de gorge
– 6 pastilles aux plantes pour la digestion
– 4 Dolipranes
– 6 Spasfon
– 2 lingettes imbibées d’alcool pour désinfecter
– 3 petits flacons de sérum physiologique
– 2 compresses
– Un petit lot de pansements
– Du Mepilex  (pansement qui fait comme une « deuxième peau », qu’on peut garder environ 4 jours et qui résiste à la douche)

En pratique, à part les compresses et le sérum physiologique,  on ne s’est jamais servi de la trousse à pharmacie pour l’instant. Pourvu que ça dure !

Et dans la trousse de toilette :
– Dentifrice
– Brosses à dents
– Mini brosse à cheveux
– Fil dentaire (l’indispensable de Coco)
– Un savon dans un tissu ciré à la cire d’abeille
– Un petit baume pour les coups (Cadeau de la route)
– 3 huiles essentielles (lavande fine cicatrisante et juste pour le plaisir de l’odeur, menthe poivrée pour les mots de tête et la digestion, gaulthérie couchée anti-inflammatoire pour la tendinite).
– Un tire-tiques
– Une pince à épiler
– Un coupe-ongles
– Un cure-oreilles
– 2 chouchous de secours
– Une crème hydratante  (l’indispensable d’Auré)

Mini boudin

Et entre ces deux petites sacoches se loge un petit  » boudin étanche » de 10 litres un peu moins facile d’accès dans lequel on range les pantalons de pluie, les tongs (plus trop utiles depuis que l’on a des sandales) et quelques pots de miel à offrir. Il y a aussi eu parfois des noisettes, une bouteille de gaz de rechange, des plantes sèches…).

Arrière gauche : le carburant

Et à l’arrière du vélo, nous avons deux grosses sacoches de 30 litres plus un « gros boudin » étanche 60 litres.

La « sacoche nourriture » et la « sacoche habits » (30 litres chacune)

La nourriture :

– Un sac en tissu « salé » (pour le midi et le soir )
– Un sac en tissu « sucré » (pour le petit déjeuner, les fruits secs et les desserts car on ne se refuse rien)
– Une petite épicerie avec plein de bonnes choses pour assaisonner nos plats
– 2 gobelets
– Une bouteille de gaz
– Un réchaud
– Une popotte avec son manche
– Un briquet
– Une cuillère et une fourchette

Arrière droite : les vêtements de l’été à l’hiver

– Le sac d’habits de Coco (2 pantalons/shorts, 2 Tee-shirts, 1 chemisette, 1 polaire, 1 haut et 1 collant en laine).
– Le sac d’habits d’Auré (2 shorts, un pantalon, un leggins, une robe, 3 T-shirts, 1 polaire, 2 hauts et un collant en laine)
– Un sac sous-vêtements/ bonnets / gants et buff
– Un sac pour le linge sale
– Un tricot en cours (facultatif bien sûr !)

Pour compléter notre habillement nous avons chacun une doudoune, une veste de pluie, un pantalon de pluie (basique), une paire de sandales et une paire de chaussures fermées, cf. le « Gros boudin » ci-dessous.

Le « gros boudin » arrière : la chambre à coucher

Et voici le fameux gros boudin de 59 litres !

Avec à l’intérieur :

Dissection du « gros boudin »

– Les sacs de couchage et le drap de soie qui se met dedans
– Les matelas avec leur poche de gonflage
– La tente
– Les vestes de pluie
– Un autre sac étanche de 30 litres au cas où la tente est trempée (de son petit nom « moyen boudin »)
– Les chaussures dont on ne se sert pas (soit les sandales soit les chaussures de rando)

Un sac à dos

On le fixe à l’arrière du siège avant grâce à un petit bricolage tout simple qui permet de le clipser et de le déclipser facilement. C’est le seul sac que l’on emporte avec nous quand on laisse le vélo quelque part pour aller se balader ou visiter des villes ou villages. À l’intérieur se trouvent :

– Les passeports et le permis de conduire
– Le porte monnaie
– Les frontales
– Les téléphones
– Le chargeur
– L’appareil photo
– Une batterie externe de 7000mAh pour compléter notre système de dynamo qui s’avère insuffisant pour nos téléphones.
– Un petit carnet et un stylo
– De l’eau
– Le jeu de cartes
Et bien souvent quelques provisions de nourritures glanées dans les marchés ou sur les arbres fruitiers que l’on croise en chemin.

Avec le recul, on se rend compte que certaines choses ne nous ont que peu servi lors de ce voyage comme les crayons de couleurs par exemple que nous n’avons utilisé qu’une fois pour le moment ou encore la trousse à pharmacie. Mais hormis ces quelques exceptions, l’ensemble de nos affaires nous est utile.

C’est aussi en faisant ses bagages pour un si long voyage qu’on peut se rendre compte du peu de choses matérielles dont on a, finalement, réellement besoin. Et c’est aussi en se débarrassant du superflu qu’on laisse de la place pour de nombreuses et belles découvertes de soi et des autres !

1 response to "Dans nos valises, il y a …"

  1. By: Pi Posted: 26 décembre 2019

    Chouette article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + seize =