Le fabuleux destin d’un pied de tomate

Tout à commencé par un défi.

Un défi lancé par le plus punk des commerçants du marché de Guillestre : le bien nommé Fafa de la ferme Vauban qui, alors que nous étions juste sur le départ, nous a mis entre les mains un plant de tomate… Qui faisait déjà une bonne trentaine de centimètres ! 

Objectif : planter ce spécimen lors de notre passage dans le Lot prévu un mois et demi plus tard et récupérer ensuite des graines de cette variété ancienne (la jaune demi-lisse).

Arrosage abondant à Savines le lac : super pour la tomate, un peu moins pour nous 😉
Tom-tom est donc parti dans notre porte-gourde ! (Ici, le lac de Serre-Ponçon en arrière plan)
Arrosage dans les eaux de la Méouge avant notre étape de deux semaines à Eourres

Après 4 jours de vélo, il a pu se reposer pendant 2 semaines lors de notre étape au hameau des Damias. Sauf qu’un beau matin, 3 jours avant le départ, disparition de la tomate !

Après une petite enquête, nous suivons la piste du plant de tomate jusque chez le voisin qui l’a en fait planté par mégarde en même temps que les siennes, se croyant étourdi d’en avoir laissé traîné une à côté de notre vélo. Heureusement, le voyage dans le porte gourde avait donné un petit air tordu à notre tomate ce qui nous a permis de la distinguer des autres pour la récupérer (enfin on pense que c’est la bonne mais seuls les fruits mûrs nous le confirmeront… ).

Après avoir été rempotée elle est donc repartie fleurie en direction de la Drôme où elle aura connu tous les temps, pluie, chaleur, froid et de belles descentes sur le vélo.
Et avec quelques centimètres en plus, le porte gourde commence à être étroit …

Et ce qui risquait d’arriver arriva…

Ça s’est passé en Ardèche, juste après avoir traversé le Rhône.

Après s’être baigné dans une jolie rivière, Coco sort Tom-tom du porte gourde et casse malencontreusement la tige de la tomate en son milieu. La décapitation et quasi totale et les deux morceaux ne tiennent plus que par un fil de tissus végétaux.

Alors j’ai rassemblé toutes mes connaissances en couture et en médecine pour tenter une réparation de fortune :

Première étape : attache des deux morceaux avec du fil… et ça tient !
Deuxième étape : consolidation avec de l’argile verte (qu’on n’avait à disposition grâce à la tendinite de Corentin !)
Et surprise ! La tomate s’est ressoudée et est repartie de plus belle.
Quelques jours plus tard elle nous a même laissé entrevoir ses premiers fruits !

Mais à deux jours du but, nouveau rebondissement : j’oublie la tomate en Lozère où nous avions laissé le vélo le temps de repasser dans le Lot.

Mais finalement, nous avons quand même réussi à récupérer notre plant voyageur deux semaines plus tard grâce à Séverine et Henri !

Arrivée dans le Lot après avoir été plantée pendant une petite semaine dans un potager lozérien ! Puis déplantée à nouveau et dotée d’un pot plus grand
Enfin la voilà dans le potager, un peu jaunie par sa vie mouvementée mais portant déjà 6 petits fruits qui nous donneront (on l’espère) des graines pour continuer à faire pousser cette variété l’année prochaine !

3 response to "Le fabuleux destin d’un pied de tomate"

  1. By: Papi Posted: 22 juillet 2019

    Elle a des mains de Fée,alors fait gaf Corentin,Elle pourrait Te réduire en statut de sel!!!!!Je vous ai fait un mail!Mais ce que ne dit pas Corentin,c’est qu’Il faisait comme les coureurs qui ne veulent pas arrêter pour les petits besoins et que le pied de tomate en a profité!

  2. By: Patrick Posted: 28 juillet 2019

    Hello
    Pas eu besoin de xylocope pour la Polinisation…
    Patrick ( sur Toulouse pour encore 1 semaine…. Lol)

    • By: letandemelilots Posted: 31 juillet 2019

      Comme quoi les tomates sont restées une constante dans ma vie depuis la réunion 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × quatre =