Du Jura à l’Allemagne, le Tandemélilots passe une première frontière !

Du 2 au 18 Août 2019, Jura, Alsace et Allemagne.

Cette portion du voyage est un peu décousue, car nous avons fait 3 jours de vélo depuis la ferme de la Batailleuse avant de nous arrêter 5 jours en Alsace chez la tante de Corentin, avec un détour par Strasbourg où nous retrouvons la maman d’Auréline. Nous avons ensuite repris la route en direction de notre prochain arrêt en Allemagne.

Nous quittons donc la Batailleuse un soir à la tombée de la nuit et pédalons quelques kilomètres à la lueur de notre phare avant de nous arrêter au bord d’un chemin. Le lendemain matin, quelques paires d’yeux nous fixent à l’ouverture de la tente !

Entouré de vaches au petit matin

La journée est pleine de vélo car nous avons rendez-vous le soir pour faire étape chez des amis au sud de Besançon. Les paysages franc-contois défilent avec beaucoup de vaches et, fromage oblige, nous nous arrêtons pour acheter 2 kg de comté dans une fruitière !

On a pas trouvé Mélanchon au col de la république 😉

Les 2 jours suivant, nous longeons le Doubs sur l’euroveloroute 6. Les kilomètres sont faciles et nous traversons notamment la ville de Besançon.

Un tunnel pour le canal du Rhône au Rhin !
Dans le centre de Besançon
Les reliefs vosgiens se rapprochent

Nous arrivons en Alsace puis à Bourbach-le-haut chez la tante de Corentin, avec une montée finale un peu dure compte tenu de la chaleur et de l’état de fatigue général. Les jambes ont quelques jours de pause pour se reposer !

Après avoir pris du temps avec famille et amis de passage, nous repartons par le col du Hundsrück, juste au-dessus de Bourbach, un lieu que Corentin connait depuis ses premiers pas et où ses grands-parents vendaient tisanes et sirops en été.

Échauffement du matin

La redescente dans la plaine d’Alsace se fait en un clin d’oeil avec de belles pointes de vitesses. Nous prenons ensuite la direction de Colmar pour faire étape chez Christian.

Pause mûres et mirabelles
Les rues bondées de touristes à Colmar…

Nous quittons l’Alsace et passons le Rhin qui marque notre passage en Allemagne avec la pluie qui commence à tomber.

Qu’est ce qui pèse le plus lourd sur notre vélo ? La nourriture ! Il y a toujours l’embarras du choix au pique-nique.
Le Rhin
Première frontière !

Nous dormons sous la pluie une dizaine de kilomètres avant Fribourg, le lendemain, la température est descendue de plus de 10°C et nous nous précipitons pour prendre un petit déjeuner au chaud dans un café du centre ville.

Nous restons peu dans cette ville pleine de vélos et partons en direction de la forêt noire: une chaîne de Montagne qui occupe une partie du Sud-ouest de l’Allemagne. L’Allemagne est là avec ses fameuses pistes cyclables et itinéraires vélo… mais qui au final demandent quand même de vérifier souvent la carte. Il nous faut nous adapter un peu pour tracer notre route. Et dès que nous quittons les espaces dédiés aux vélos, les allemands roulent vite voire même très vite sans toujours doubler correctement. C’est donc un pays cyclable mais la voiture reste reine bien sûr…

La grisaille est toujours là… Et en plus on est pas sur la bonne route !
Comme sur une grande partie des routes moyenne, il y a une chaussée cyclable ici.

Nous nous retrouvons le soir avec Nolwenn, la cousine de Corentin qui fait la route en sens inverse avec Lucas et leur tout jeune fiston d’un an. Une bonne presque surprise que de se voir sur la route.

Nous repartons le lendemain pour beaucoup de dénivelé, mais le soleil est revenu et le paysage est magnifique.

À mi-pente d’une marche de 500m de dénivelé.
Arrivés en haut
Pâtes au champignons rosés des prés, sauce framboise et herbes sauvages !
Petit déjeuner au soleil !

La petite aventure continue sur une piste forestière qui descend tout droit en pente douce depuis déjà quelques kilomètres, nous sommes lancés à 35 km/h quand tout à coup « Paff » le pneu arrière éclate, « Kkkrrrrr » un gros dérapage sur 25m et en quelques secondes le vélo est arrêté, heureusement que la piste était droite ! On change de chambre à air et c’est en retrouvant le goudron quelques kilomètres plus loin que nous sentons à chaque tour de roue la bosse du pneu qui s’est déchiré…

C’est l’heure de s’arrêter et nous trouvons un joli coin de forêt pour bivouaquer. Le lendemain nous roulons jusqu’au premier magasin de vélo en serrant les fesses de ne pas déchirer plus notre pneu, sutout dans les descentes. Après discussion avec le vendeur et quelques coups de fils, nous comprenons qu’il va falloir faire encore 80 kilomètres jusqu’à Constance pour trouver un pneu adapté !

Nous arrivons donc au lac de Constance, une petite mer au carrefour des frontières allemande, suisse et autrichienne avec les Alpes en arrière-plan. L’endroit est très touristiques, le lac est rempli de bateaux et le vignoble autour de vélos !

Dinner sur la promenade… Le réchaud dénote dans le décor 🙂
Bivouac au-dessus de la ville de Constance

La ville est bien aménagée pour les bicycles et pour info, un article sur cette municipalité qui s’est déclarée en état d’urgence climatique grâce aux jeunes militants de « Friday for future ».

Après une demi-journée de pause, nous poursuivons sur les hauteurs de Constance pour retrouver les bords du lac un peu plus loin. Une fois de plus, nous sentons la pluie arriver alors que nous avions prévu notre toilette/baignade du jour dans le lac. Nous nous arrêtons au bord de l’eau et courons nous baigner mais les premières gouttes commencent à tomber. 3 minutes plus tard à la sortie de l’eau, il pleut à grandes trombes et nous courons nous mettre à l’abri avec le vélo.

Il y a une petite fête locale avec « wurst » grillée (la fameuse saucisse allemande !) et fanfare locale du coup on reste dans le coin et on se fait un double repas !

Premier repas à l’abri
2 kilomètres plus loin pour la nuit…
Bivouac juste au bord de l’eau !

Nous suivons le lac encore presque une journée, avant de bifurquer plein nord en direction de Dürnau, notre prochaine étape !

Bye bye le lac de Constance

2 response to "Du Jura à l’Allemagne, le Tandemélilots passe une première frontière !"

  1. By: mougenot Posted: 9 octobre 2019

    Belle région ! 🙂

    • By: letandemelilots Posted: 13 octobre 2019

      Que tu connais plutôt bien je crois 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =